5 juillet 2019, exploration de quelques germes de changement


C’est quoi, les germes de changement ?

Les germes de changement, ce sont toutes les petites choses déjà présentes dans notre quotidien dont le potentiel de transformation est important et qui donc pourraient nous permettre d’entrevoir des lendemains plus joyeux. La question « Et si » (ou « What if » en anglais) permet d’imaginer la ce que deviendrait le monde si ces germes se développaient. On a plus tendance à explorer les germes négatifs comme le montre la réussite de la série Black Mirror qui explore le potentiel de la technologie et laisse le spectateur particulièrement mal à l’aise car les histoires semblent tellement « déjà là ».

L’imaginarium-s a pour objectif de s’orienter non plus principalement vers la technologie et l’économie, mais vers le vivant et la politique. Nous voulons tirer les fils des germes du quotidien liés au vivant et à la politique et imaginer les récits qu’ils pourraient véhiculer. L’imaginarium-s voudrait participer la transition du Black au Bright, de l’effondrement à la renaissance.

les germes explorés en vue de possibles expéditions

La rencontre du 5 juillet a permis de lancer plusieurs pistes d’expéditions autour de germes de changement prometteurs :

  • Une alimentation plus consciente du Vivant avec l’idée d’un tiers lieu où l’on expérimenterait dès aujourd’hui les pratiques alimentaires de demain,

Ce tiers lieu met en situation une alimentation qui a renoué avec le Vivant, des pratiques agricoles aux régimes alimentaires. On peut y vivre une expérience concrète avec des producteurs, des transformateurs, des distributeurs qui partagent leurs pratiques et leurs convictions qu’elles peuvent demain se généraliser.

  • Un nouveau rapport aux animaux, avec des animaux non-domestiques partageant nos vies quotidiennes

Au-delà du fait de ne plus considérer les animaux comme des aliments, nous pourrions introduire la présence d’animaux dans nos vies, là où ils ne sont pas : les villes, les lieux de travail. Des animaux au-delà des seuls animaux domestiques. Une manière d’anticiper une reconnexion au Vivant, d’apprendre à négocier l’espace…

  • Une prise en compte de « l’autre » facilitée, avec des lieux dédiés à la rencontre et au dialogue au cœur de nos quartiers

Il manque de lieux pour créer des liens. Il faut des lieux où l’on peut parler à des personnes qu’on ne connait pas, par exemple, dans les trains, avec des « wagons à palabre », des temps pour vivre d’autres expériences que le travail, à la rencontre des vieux, des écoliers,… Mettre ces lieux à disposition c’est faciliter l’attention à l’autre, une démocratie du quotidien…

  • Une redécouverte sensible de la lenteur, avec des journées où le temps ralentit et où on découvre d’autres manières de vivre

Vivre l’expérience d’une journée ralentie et découvrir ce qu’on fait et ne fait pas, ce qu’on peut voir qu’on ne voit pas d’habitude. Redécouvrir les relations, l’attention aux autres, le rythme de la marche comme dans l’expérience de la transhumance

Nous avions déjà en projet plusieurs autres expéditions

  • que serait une « école des communs »
  • comment se repérer autrement en politique à partir du livre Contre-courants politiques d’Yves Citton, éditions Fayard
  • l’expérience que vivrait les « tirés au sort » lorsqu’ils apprendraient leur tirage au sort pour participer à une assemblée de citoyens

N’hésitez-pas à nous contacter pour vous impliquer dans une de ces expéditions ou en proposer d’autres !

Laisser un commentaire