Les villes de demain au prisme de la climate fiction

« Les récits jouent un rôle important dans l’affirmation et la légitimation des transformations urbaines ».

Ce constat limpide est le point de départ d’une conférence internationale sur les « urban narratives » qui se déroulera en juin prochain à Paris. L’événement est loin d’être isolé, un foisonnement révélateur d’un regain d’intérêt pour la mise en récit de la ville, une sorte de deuxième ère du récit urbain dans un contexte global d’hyper-transformations urbaines. Les anciennes métropoles industrielles ne sont, en particulier, pas les moins intéressées : Newcastle et son initiative universitaire City Futures, Pittsburgh et sa « régénération » de l’acier vers le silicone et le durable, Detroit et son « chief storyteller », etc.

La science-fiction climatique, nouvel objet de prospective

Mais le mouvement touche toutes les métropoles, dans ce momentum du storytelling urbain qui dépasse par ses ambitions le traditionnel marketing territorial. Si, alors, ces « narratives » ne se résumaient pas seulement à du « city branding » ou à l’ouverture de laboratoires d’une prospective urbaine hyper-technicisée ? La fiction, en effet, s’affirme comme un formidable moteur à histoires façonnant l’imaginaire semblant pouvoir favoriser des projections positives sur l’avenir urbain.

À l’heure où se manifestent les conséquences du changement climatique, de nombreuses œuvres de science-fiction invitent depuis plusieurs années les citadins à s’immiscer dans de nouveaux façons d’habiter la ville, les invitant à se questionner sur les moyens de se hisser « hors des décombres du monde ». La « climate fiction », ou cli-fi, terme né à la fin des années 2000, rassemble ces œuvres toujours plus nombreuses qui attirent enfin l’attention, ça ou là, depuis plusieurs mois, hors des revues spécialisées. Formant un contrepoint à la toujours plus médiatique collapsologie (cette science envisageant l’effondrement des sociétés thermo-industrielles), la cli-fi constitue une alternative au destin planétaire prédit par le GIEC : tout en évitant la dystopie systématique, elle offre au citadin le moyen de s’approprier plus intimement le changement climatique et de l’intégrer à son mode de vie.

La cli-fi ou l’avenir de la ville ?

Parmi les thèmes les plus abordés, l’habitabilité à l’ère des catastrophes naturelles (The Floating World), mais surtout la sécheresse et les nouvelles gestions urbaines de l’eau, comme chez Paolo Bacigalupi, un des grands noms de la cli-fi (Water Knife) (voir aussi les recueils de short stories d’imagination climatique d’Everything Changeou, chez The Verge, de cli-fi optimiste, Better Worlds). Le thème de la ville engloutie suite à la fonte des glaces polaires, visité par l’immersif Blackfish city, est aussi présent chez ce qui est peut-être le roman de cli-fi le plus célèbre, New York 2140, du « gardien de l’élan utopique » du genre, Kim Stanley Robinson. Ce portrait d’un mode de vie urbain communautaire au sein d’une mégaville, devenue amphibienne après la crue progressive du niveau de la mer, ne devrait pas faire s’agiter que les geeks de la « SF ».

Les acteurs de la ville, en effet, sont appelés à s’en emparer. Les travaux de Lieven Ameel, de l’Institute of Advanced Studies, à Turku en Finlande, cherchent à bâtir cette passerelle. Le chercheur s’est penché sur les quais de New York, qu’il explore expérimentalement comme « un lieu pour mettre en acte […] la possibilité d’agir sur le futur d’un territoire ». Lieven Ameel compare les nouvelles projections littéraires des quais de New York, New York 2140, mais aussi la célèbre nouvelle The Sixth Borough, au bien réel projet Waterfront 2020 de la mairie new-yorkaise. Et, dans l’interstice entre fiction et fabrique de la ville, conclut : les métaphores utilisées par la municipalité, similaires dans une large mesure à celle de la fiction, «rapprochent ce qui à première vue paraît distant» et contribuent à « faire prendre forme de nouvelles approches » aussi radicales, en l’occurrence, que la création d’un statut légal ad hoc pour la gestion urbaine de l’eau. Acteurs de la ville, à vos livres !  

Laisser un commentaire